OPiCitations

Œuvre "Pensées" : 43 résultats (sur 3388 citations)

religion

Dans les églises, je pense souvent que la religion pourrait être une grande chose s’il n’y avait pas les croyants, mais seulement l’angoisse religieuse de Dieu, que nous disent les orgues.

problème

Le drame de notre société, c’est premièrement qu’on ne s’attaque pas aux vrais problèmes. Deuxièmement, que si on s’attaquait aux vrais problèmes, on ne saurait pas comment les résoudre. Et troisièmement qu’on ne sait pas quels sont les vrais problèmes.

caractère

C’est parfois une épine cachée et insupportable que nous avons dans la chair qui nous rend difficiles et durs avec tout le monde.

violence

La faiblesse de la force est de ne croire qu’à la force.

folie

Il y a plus de fous que de sages, et dans le sage même, il y a plus de folie que de sagesse.

maxime

Les maximes générales sont dans la conduite de la vie ce que les routines sont dans les arts.

esprit

On n’est point un homme d’esprit pour avoir beaucoup d’idées, comme on n’est pas un bon général pour avoir beaucoup de soldats.

mariage

Que d’époux ne sont séparés que par le mariage !

poésie

Les poètes sont comme les enfants. Quand ils s’assoient à un bureau, leur pieds ne touchent pas terre.

univers

Car enfin, qu’est ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré, et l’infini où il est englouti.

quotation

C’est ce qui divisent les hommes qui multiplient leurs différents.

fin

C’est quand les carottes sont cuites que c’est la fin des haricots. Et bilatéralement.

anthropocentrisme

Chacun est un tout à soi-même, car, lui mort, le tout est mort pour soi. Et de là vient que chacun croit être tout à tous. Il ne faut pas juger de la nature selon nous, mais selon elle.

bêtise

D’où vient qu’un boiteux ne nous irrite pas, et un esprit boiteux nous irrite ? À cause qu’un boiteux reconnaît que nous allons droit, et qu’un esprit boiteux dit que c’est nous qui boitons ; sans cela, nous en aurions pitié et non colère.

quotation

En un mot, l’homme connaît qu’il est misérable : il est donc misérable, puisqu’il l’est ; mais il est bien grand, puisqu’il le connaît.

justice

Faut-il tuer pour empêcher qu’il n’y ait des méchants ? c’est en faire deux au lieu d’un : Vince in bono malum.*

* Vainc le mal par le bien.

réflexion

Hasard donne les pensées, et hasard les ôte. Point d’art pour conserver ni pour acquérir. Pensée échappée. Je la voulais écrire ; j’écris, au lieu, qu’elle m’est échappée…

caractère

Il faut se connaître soi-même : quand cela ne servirait pas à trouver le vrai, cela au moins sert à régler sa vie, et il n’y a rien de plus juste.

quotation

Il faut une infinie patience pour attendre toujours ce qui n’arrive jamais.

vie

  Je ne sais qui m’a mis au monde, ni ce que c’est que le monde, ni que moi-même ; je suis dans une ignorance terrible de toutes choses ; je ne sais ce que c’est que mon corps, que mes sens, que mon âme et cette partie même de moi qui pense ce que je dis, qui fait réflexion sur tout et sur elle-même, et ne se connaît non plus que le reste.
  Je vois ces effroyables espaces de l’univers qui m’enferment, et je me trouve attaché à un coin de cette vaste étendue, sans que je sache pourquoi je suis plutôt placé en ce lieu qu’en un autre, ni pourquoi ce peu de temps qui m’est donné à vivre m’est assigné à ce point plutôt qu’en un autre de toute l’éternité qui m’a précédé et de toute celle qui me suit. Je ne vois que des infinités de toutes parts, qui m’enferment comme un atome et comme une ombre qui ne dure qu’un instant sans retour. Tout ce que je connais est que je dois bientôt mourir ; mais ce que j’ignore le plus est cette mort même que je ne saurais éviter.

mémoire

La mémoire est nécessaire pour toutes les opérations de l’esprit.

éloquence

L’éloquence est une peinture de la pensée ; et ainsi, ceux qui, après avoir peint, ajoutent encore, font un tableau au lieu d’un portrait.

quotation

Le silence éternel de ces espaces infinis m’effraie.

ordre

Les mots diversement rangés font un divers sens et les sens diversement rangés font différents effets.

politique

Les politiciens sont à la politique ce que la confection est au sur mesure.

morale

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant. Il ne faut pas que l’univers entier s’arme pour l’écraser : une vapeur, une goutte d’eau, suffit pour le tuer. Mais, quand l’univers l’écraserait, l’homme serait encore plus noble que ce qui le tue, parce qu’il sait qu’il meurt, et l’avantage que l’univers a sur lui ; l’univers n’en sait rien.
Toute notre dignité consiste donc en la pensée. C’est de là qu’il faut nous relever et non de l’espace et de la durée, que nous ne saurions remplir. Travaillons donc à bien penser : voilà le principe de la morale.

intelligence

Notre intelligence tient dans l’ordre des choses intelligibles le même rang que notre corps dans l’étendue de la nature.

mort

Notre nature est dans le mouvement ; le repos entier est la mort.

mort

On ne meurt pas toujours littéralement d’inanition, mais toujours intégralement d’inhumation.

politique

On ne s’imagine Platon et Aristote qu’avec de grandes robes de pédants. C’étaient des gens honnêtes et, comme les autres, riant avec leurs amis ; et, quand ils se sont divertis à faire leurs Lois et leur Politique, ils l’ont fait en se jouant ; c’était la partie la moins philosophe et la moins sérieuse de leur vie, la plus philosophe était de vivre simplement et tranquillement. S’ils ont écrit de politique, c’était comme pour régler un hôpital de fous ; et s’ils ont fait semblant d’en parler comme d’une grande chose, c’est qu’ils savaient que les fous à qui ils parlaient pensaient être rois et empereurs. Ils entraient dans leurs principes pour modérer leur folie au moins mal qu’il se pouvait.

devoir

Quand notre passion nous porte à faire quelque chose, nous oublions notre devoir : comme on aime un livre, on le lit, lorsqu’on devrait faire autre chose. Mais, pour s’en souvenir, il faut se proposer de faire quelque chose qu’on hait ; et lors on s’excuse sur ce qu’on a autre chose à faire, et on se souvient de son devoir par ce moyen.

idée

Quelle peut bien être la réaction d’une idée bien arrêtée qui voit passer une pensée fugitive et fuyante ?

philosophie

Se moquer de la philosophie, c’est vraiment philosopher.

vérité

Si, en vérité pure, on a toujours raison de ne pas avoir tort, en réalité altérée on a souvent tort d’avoir raison.

pardon

Si l’on ne pardonnait jamais, on ne verrait bientôt plus personne.

point de vue

Tous leurs principes sont vrais, des pyrrhoniens, des stoïques, des athées, etc. Mais leurs conclusions sont fausses, parce que les principes opposés sont vrais aussi.

bonheur

Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne de savoir pas demeurer au repos dans une chambre.

gag

Tout penseur avare de ses idées est un penseur Radin.

quotation

Tout vient à point à qui sait bien attendre au tournant et qui lui pend au nez sans savoir d’où ça vient.

milieu

Trop et trop peu de vin ; ne lui en donnez pas, il ne peut trouver la vérité ; donnez-lui en trop, de même.

paraître

Voulez-vous qu’on croie du bien de vous ? n’en dites pas.

raison

  Égaré dans une forêt immense pendant la nuit, je n’ai qu’une petite lumière pour me conduire. Survient un inconnu qui me dit : Mon ami, souffle ta bougie pour mieux trouver ton chemin. Cet inconnu est un théologien.

Dieu

  Le Dieu des chrétiens est un père qui fait grand cas de ses pommes, et fort peu de ses enfants.