OPiCitations

10 citations choisies aléatoirement.

révélation

Malheur au voyageur qui aurait fait le tour du globe, et qui rentrerait athée sous le toit de ses pères.
le poète  Disparaître n’est cependant pas commode.

Heurtebise  Pas davantage, pas davantage que le phénomène qui oblige les hommes à s’annuler en face de l’objet de leur amour.

la princesse  Vous perdez la tête !

Heurtebise  Pardon. Il m’arrive aussi d’être dans la lune.

la princesse  Je vous conseille de ne pas plaisanter sottement et lourdement avec des choses qui risquent d’éclairer les hommes sur la vanité de leurs entreprises.

jugement

Je ne peux pas m’en remettre au jugement des autres parce que, si on l’accepte lorsqu’ils vous disent que vous méritez un prix, on est obligé de l’accepter lorsqu’ils vous disent que vous n’en méritez pas.
Le désir fleurit, la possession flétrit toutes choses.
  Se lamenter sur un cadavre est aussi inconséquent que de verser des larmes sur une fleur qu’on vient de couper. L’horreur, ce n’est pas la mort mais la vie que mènent les gens avant de rendre leur dernier soupir. Ils n’ont aucune considération pour elle et ne cessent de lui pisser, de lui chier dessus. Des copulateurs sans conscience. Ils ne s’obsèdent que sur la baise, le cinoche, le fric, la famille, tout ce qui tourne autour du sexe. Sous leur crâne, on ne trouve que du coton. Ils gobent tout, Dieu comme la patrie, sans jamais se poser la moindre question. Mieux, ils ont vite oublié ce que penser voulait dire, préférant abandonner à d’autres le soin de le faire. Du coton, vous dis-je, plein le cerveau ! Ils respirent la laideur, parlent et se déplacent de manière tout aussi hideuse. Faites-leur donc entendre de la bonne musique, eh bien ils se gratteront l’oreille. La majeure partie des morts l’étaient déjà de leur vivant. Le jour venu, ils n’ont pas senti la différence.

calembour

Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole.

pleur

Aline pleurait aussi. Moi je ne pouvais pas, j’étais trop ému.
En un mot, notre gentilhomme s’acharna tellement à sa lecture qu’il y passait ses nuits blanches et ses journées entières ; et, à force de lire sans presque plus dormir, il se dessécha le cerveau, tant et si bien qu’il en perdit le jugement.
Je préfère le méchant à l’imbécile car l’imbécile ne se repose jamais.

univers

L’univers m’embrasse et je ne puis songer que cette horloge existe et n’ait point d’horloger.