OPiCitations

Sujet "solitude" : 13 résultats (sur 3385 citations)

solitude

C’est dommage, parce que je suis dans les statistiques et il n’y a rien de plus mauvais pour la solitude. Lorsque vous passez vos journées à compter par milliards, vous rentrez à la maison dévalorisé, dans un état voisin du zéro. Le nombre 1 devient pathétique, absolument paumé et angoissé, comme le comique bien triste Charlie Chaplin. Chaque fois que je vois le nombre 1, j’ai envie de l’aider à s’échapper. Ça n’a ni père ni mère, c’est sorti de l’assistance publique, il s’est fait tout seul et il a constamment à ses trousses, derrière, le zéro qui veut le rattraper, et devant, toute la mafia des grands nombres qui le guettent. 1, c’est une sorte de certificat de prénaissance avec absence de fécondation et d’ovule. Ça rêve d’être 2, et ça ne cesse de courir sur place, à cause du comique. C’est les micro-organismes. Je vais toujours au cinéma pour voir les vieux films de Charlot, avec son petit chapeau et sa badine, poursuivi par le gros zéro qui le menace avec cet œil rond qui vous regarde et qui fait tout ce qu’il peut pour empêcher 1 de devenir 2. Il veut que 1 ce soit cent millions, il veut pas moins, parce que, pour que ce soit rentable, il faut que ce soit démographique. Sans ça, ce serait une mauvaise affaire et personne n’irait s’investir dans les banques de sperme. C’est comme ça que Charlot est tout le temps obligé de fuir, et il se retrouve toujours seul, sans fin et sans commencement. Je me demande ce qu’il mange.
  La vie est une affaire sérieuse, à cause de sa futilité.

solitude

Être seul, impitoyablement seul, voilà l’impératif auquel il faut se soumettre coûte que coûte. L’univers est un espace vacant et les créatures n’existent que pour attester et consolider notre isolement. Je n’ai jamais rencontré personne, je n’ai fait que trébucher sur des ombres simiesques.

solitude

Il est des compagnies pires que la solitude.

solitude

Il était descendu dans la solitude à une telle profondeur qu’il n’avait plus besoin de distractions. Bien que cela lui parût presque inimaginable, le monde petit à petit lui était devenu suffisant.

solitude

Il n’y a pas de plus profonde solitude que celle du samouraï si ce n’est celle d’un tigre dans la jungle… peut-être…
Le Bushido(le livre des samouraïs)

solitude

la solitude

À quoi bon sortir ? Je m’emmène partout ; partout je me fais de l’ombre. Et puis je suis bien comme ça, je connais mes limites, me resserre, me ressemble. Je regarde. Le monde me traverse, ou bien c’est moi qui le contiens. Quelqu’un attend autant que moi, sinon je ne serais pas triste. Quelqu’un s’attend. Quelqu’un m’attend. Ne pas bouger, ne rien effaroucher. Quand le temps nous aura fait trop mal un jour viendra.

solitude

On peut tout acquérir dans la solitude, hormis du caractère.

solitude

Par quelle supercherie deux yeux nous détournent-ils de notre solitude ? Est-il faillite plus humiliante pour l’esprit ?

solitude

Toujours pour l’ermite l’ami est le tiers : le tiers est le bouchon qui empêche la conversation de ces deux-là de sombrer dans les profondeurs !

solitude

Une illusion perdue et deux mirages
Trois de cheval la fièvre galope
Sur des sables émouvants frappe l’orage
Chantre de la sirène interlope

solitude

Un homme qui se ronge les ongles depuis trois ans sur une île déserte, Jim, ne peut pas être normal. Ce serait contraire à la nature humaine.

solitude

Un homme seul est toujours en mauvaise compagnie.

solitude

— Vous êtes fêlé !
— Je ne vous écoutais même pas !
— Eh bien, écoutez maintenant !
  [claque]
— C’est donc ça, la solitude. C’est moche, je te le dis.
  Personne n’écoute ce qui se passe en l’autre, personne ne parle à son cœur. Personne ne demande rien, pas même le chemin. Que vais-je faire ici ? Traîner et regarder venir le jour, et puis la nuit ? Rien n’a plus de sens. Je ne dois pas oublier ma mission : comment voient et entendent les hommes ? Je ne peux que dire : tout est tellement beau ! Il fait chaud, le soir descend, les oiseaux célèbrent une fête, le ciel est devenu pastel. Mais derrière tout ça ? Derrière, je ne vois et n’entends plus le souffle de l’éternité, les lois de l’univers, la lumière de l’amour. Je crois que pour les hommes, il n’y a rien derrière. Chacun crée son monde à partir de ce qu’il entend et voit. On y est prisonnier, et depuis sa cellule, on voit la cellule des autres.