OPiCitations

Œuvre "Pseudo" : 39 résultats (sur 3390 citations)

quotation

  Alyette avait passé une licence de lettres pour devenir vendeuse au Prisunic, et puis, sur mes conseils, elle est devenue reine d’Espagne et avait ainsi la sécurité sociale. Je lui ai donné des cours d’histoire d’Espagne pendant trois mois, pour la préparer, parce que les hôpitaux psychiatriques sont encombrés et il y a sélection.

quotation

  Après tout, c’est une époque d’intermédiaires. Je pense que j’aurais eu beaucoup moins besoin de lui, si j’étais croyant. J’aurais eu quelqu’un d’autre à punir

littérature

  — Ça n’existe pas, tout, en littérature. C’est toujours des bribes. L’idée de tout dire, dans un livre, c’est une idée de débutant. Un manque de métier.

quotation

  Ce n’est pas vrai. Ils ont lu mon livre et ils y avaient peut-être pris du plaisir, parce que c’est quelqu’un d’autre, ça les a soulagés. Mais ils ne m’ont pas suivi.

lucidité

  — C’est normal, dis-je. Quand on comprend tout, on fait toujours une dépression nerveuse grave. C’est la lucidité qui veut ça.

réalité

  Cette nuit-là, j’ai eu de nouvelles hallucinations : je voyais la réalité, qui est le plus puissant des hallucinogènes. C’était intolérable.

quotation

Gros-Câlin fut mon premier effort d’autothérapie. C’est le self-service, comme on dit lorsqu’on peut se servir soi-même.

racisme

  Il est faux de prétendre que les peuples et les personnes humaines se foutent sur la gueule parce qu’ils ne se comprennent pas. Ils se foutent sur la gueule parce qu’ils se comprennent.
[…] dès qu’il y a compréhension, il y a incompréhension.

quotation

  Il m’appelait Rodolphe parce qu’il me connaissait déjà.

quotation

Il paraissait sincère. C’est un fils de comédien.

quotation

Il y eut un tremblement de terre en Turquie et je pleurai de soulagement parce que c’était un désastre naturel, je n’y étais pour rien.

beauté

  J’ai oublié de vous dire qu’Alyette est très belle, mais je sais bien que je ne suis pas maître de mon imagination et qu’il m’arrive de voir de la beauté là où les autres ne voient que des formes physiques.

personnalité

J’avais deux personnages qui luttaient en moi : celui que je n’étais pas et celui que je ne voulais pas être.

quotation

  Je fus très calme. Je suis toujours très calme quand je perds la tête. Parce que c’est justement ma tête qui m’empêche d’être calme.

quotation

Je les comprends très bien, les antipsychiatres : ils en ont marre des cas comme les nôtres, et ils veulent changer de cas. Ils ont besoin de renouvellement. Ils veulent changer la société pour changer de cas-cas. Ici, j’éclate d’un rire maniaque – hi ! hi ! hi – parce que s’il y a une chose dont les mots ont horreur, c’est les jeux de mots : ça les débusque. Enlevez aux mots leur sérieux, leur creux et leur pseudo-pseudo et ils sont menacés de santé et de bonnes joues fraîches. Les mots ont horreur de la santé parce que ça les rend malades.

quotation

  Je me suis mis à faire pseudo-pseudo et on a cessé de me remarquer.
  Parfois, j’allais à des réunions avec des copains au Café de la Gare. Il y avait un plombier, un comptable, un fonctionnaire. Bien sûr, ils n’étaient ni plombier, ni comptable, ni fonctionnaire. Ils sont tout autre chose. Mais personne ne s’en doute, ils simulent, ils font pseudo-pseudo huit heures par jour et on leur fout la paix. Ils vivent cachés à l’intérieur et ne sortent que la nuit, dans leurs rêves et dans leurs cauchemars.

quotation

[…] je murmurais « je vous aime » et le murmure est peut-être ce qu’il y a de plus fort au monde.

conversation

Je n’avais rien à lui dire. On pourrait donc se parler normalement.

oubli

Je ne connais pas le danois, mais insuffisamment.

quotation

  Je ne veux plus parler de tout ça et c’est pourquoi j’en parle.

quotation

  Je n’observe pas la chronologie, l’ordre et les règles, dans ce document, car j’ai lu assez de romans policiers pour savoir que l’ordre risque de mener les flics jusqu’à moi […]

angoisse

  Je n’y suis pas parvenu pour cause de haute surveillance. Le cerveau sait très bien que si nous parvenions à inventer un langage sans précédent et sans aucun rapport, ç’en serait fini de notre caractère démentiel. C’est pour parer à ce danger que les sources d’angoisse nous ont pourvu du cerveau tel quel, spécialement conçu pour nous entretenir en état de manque, d’impossibilité et de caricature.

art

Je préfère qu’il n’y ait pas de Raskolnikov plutôt qu’il y ait Dostoïevsky. Le prix de revient de Guerre et Paix, c’est beaucoup trop cher.

quotation

  — Je sais qu’il est occupé, des pieds à la tête. Par lui-même. Il pourrait refaire une peu de Résistance, non ? Ce serait le moment. Mais pas un mot, rien. Je peux crever.

langage

  — J’essaye toujours de parler à l’envers, pour arriver peut-être à exprimer quelque chose de vrai.

quotation

  — Je suis Émile Ajar ! hurlais-je, en me frappant la poitrine. Le seul, l’unique ! Je suis le fils de mes œuvres et le père des mêmes ! Je suis mon propre fils et mon propre père ! Je ne dois rien à personne ! Je suis mon propre auteur et j’en suis fier ! Je suis authentique ! Je ne suis pas un canular ! Je ne suis pas pseudo-pseudo : je suis un homme qui souffre et qui écrit pour souffrir davantage et pour donner ensuite encore plus à mon œuvre, au monde, à l’humanité ! Quand il s’agit de mon œuvre, il n’y a pas de sentiment, de famille qui tienne ! La seule chose qui compte, c’est mon œuvre !

quotation

La création du monde a été entreprise dans un but uniquement artistique. C’est une réussite dont témoigne une profusion extraordinaire de chefs-d’œuvre.

amour

L’amour est seulement un mot qui chante mieux que les autres.

quotation

La vie, je la respecte, parce que la police m’a toujours fait peur.

intelligence

  — Le cerveau. C’est manifestement une erreur de la nature… Ou alors une préméditation ignoble, haineuse. La création du cerveau, comme acte de haine, on n’a jamais fait mieux.

psychologie

  L’infirmière prenait des notes en sténo, pour me réduire.

femme

Mais les livres ont un commencement et une fin, et je ne veux pas parler des femmes dans ce qui a un commencement et une fin, je ne pourrais pas leur rendre justice.

quotation

  Mes poèmes était bidon, car sans Auteur, il ne peut y avoir d’authenticité. Il me semble que cela devrait paraître évident. C’est l’a b c de l’inexistence.

quotation

  — Ne dit pas de bêtises. Si tu étais normal, je ne serais pas là, à tes côtés. Si tu étais normal, je te cracherais à la figure.

psychologie

  Nous parlâmes des Vikings, parce que pour les psychiatres, il n’y a pas de mauvais sujets.

quotation

  — On aurait dû faire à Adam une prise de sang.

quotation

[…] pour accéder enfin au fond du néant, là où se trouve la paix sans âme ni conscience.

quotation

  — Tu n’as pas à m’interdire de dire des conneries. C’est l’année de la femme. Nous avons les mêmes droits que vous.

amour

  — Un geste d’amour, c’est toujours beaucoup plus qu’un geste.