OPiCitations

Œuvre "Parerga et Paralipomena" : 2 résultats (sur 3388 citations)

quotation

§. 396  Par une froide journée d’hiver, quelques porcs-épics se serraient étroitement les uns contre les autres, de façon que leur chaleur mutuelle les protège du gel. Mais ils ressentirent bientôt l’effet de leurs piquants les uns sur les autres, ce qui les fit s’écarter. Quand le besoin de se réchauffer les eut à nouveau rapprochés, le même désagrément se répéta, si bien qu’ils se trouvèrent ballottés entre deux maux jusqu’à ce qu’ils aient trouvé la distance convenable à laquelle ils pouvaient le mieux se tolérer.

  C’est ainsi que le besoin de société né du vide et de la monotonie de leur moi intérieur individuel rassemble les hommes. Mais leurs nombreuses qualités déplaisantes et leurs vices intolérables les éloignent à nouveau. La distance moyenne qu’ils finissent par découvrir et qui leur permet d’être ensemble au mieux, ce sont la politesse et les bonnes manières. Ainsi à celui qui ne se tient pas à cette distance, on crie en Angleterre : Keep your distance ! Celle-ci, il est vrai, ne satisfait qu’incomplètement le besoin de se réchauffer mutuellement, mais en revanche elle évite la blessure des piquants. Cependant celui qui possède en propre une grande dose de chaleur intérieure préfère s’éloigner de la société, pour ne pas causer de désagréments, ni en subir.

religion

Car, tu le sais, les religions sont comme les vers luisants : pour briller, elles ont besoin d’obscurité. Un certain degré d’ignorance générale est la condition de toutes les religions, le seul élément dans lequel elles peuvent vivre.