OPiCitations

Sujet "suicide" : 10 résultats (sur 3389 citations)

suicide

Arrêtez l’univers, je veux descendre ici.

suicide

  Il n’y qu’un problème philosophique vraiment sérieux : c’est le suicide. Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue, c’est répondre à la question fondamentale de la philosophie. Le reste, si le monde a trois dimensions, si l’esprit a neuf ou douze catégories, vient ensuite. Ce sont des jeux ; il faut d’abord répondre. Et s’il est vrai, comme le veut Nietzsche, qu’un philosophe, pour être estimable, doive prêcher d’exemple, on saisit l’importance de cette réponse puisqu’elle va précéder le geste définitif. Ce sont là des évidences sensibles au cœur, mais qu’il faut approfondir pour les rendre claires à l’esprit.
L’absurde et le suicide.

suicide

J’ai fait un effort désespéré, total, mais personne n’a jamais réussi à crever par un acte de volonté.

suicide

La vie ne vaut vraiment pas qu’on se donne la peine de la quitter.

suicide

  Mon raisonnement veut être fidèle à l’évidence qui l’a éveillé. Cette évidence, c’est l’absurde. C’est ce divorce entre l’esprit qui désire et le monde qui déçoit, ma nostalgie d’unité, cet univers dispersé et la contradiction qui les enchaîne. Kierkegaard supprime ma nostalgie et Husserl rassemble cet univers. Ce n’est pas cela que j’attendais. Il s’agissait de vivre et penser avec ces déchirements, de savoir s’il fallait accepter ou refuser. Il ne peut être question de masquer l’évidence, de supprimer l’absurde en niant l’un des termes de son équation. Il faut savoir si l’on peut en vivre ou si la logique commande qu’on en meure. Je ne m’intéresse pas au suicide philosophique, mais au suicide tout court. Je veux seulement le purger de son contenu d’émotions et connaître sa logique et son honnêteté. Toute autre position suppose pour l’esprit absurde l’escamotage et le recul de l’esprit devant ce que l’esprit met à jour.
Le suicide philosophique.

suicide

Pouvoir disposer absolument de soi-même et s’y refuser, est-il don plus mystérieux ? La consolation par le suicide possible élargit en espace infini cette demeure où nous étouffons.

suicide

Résumé

Razors pain you;
Rivers are damp;
Acids stain you;
And drugs cause cramp.
Guns aren’t lawful;
Nooses give;
Gas smells awful;
You might as well live.
Curriculum vitae

Le rasoir fait mal ;
La rivière est mouillée ;
L’acide fait des taches ;
Le poison donne des crampes.
Le revolver n’est pas légal ;
La corde rompt ;
Le gaz ne sent pas bon ;
Alors autant vivre.

suicide

Sans l’idée du suicide, je me serais certainement tué.

suicide

Se tuer, dans un sens, et comme au mélodrame, c’est avouer. C’est avouer qu’on est dépassé par la vie ou qu’on ne la comprend pas.
L’absurde et le suicide.

suicide

  Une fois encore, j’ai tenté de me suicider – cette fois en mouillant mon nez et en l’enfonçant dans une douille électrique. Malheureusement, il y eut un court-circuit et je ne réussis qu’à détraquer le réfrigérateur. Toujours obsédé par l’idée de mort, je médite constamment. Je ne cesse de me demander s’il existe une vie ultérieure, et s’il y en a une, peut-on m’y faire la monnaie de vingt dollars ?